comment faire un achat eco-responsable ?

Faire un achat eco-responsable ?

En ces périodes de soldes, comment faire un achat eco-responsable ? Petit guide pour se dire « j’ai acheté cet objet et ça ne cause pas la fin du monde »

La bonne nouvelle c’est qu’il est parfaitement possible d’effectuer un achat qui ne ruine pas la planète. La mauvaise nouvelle est qu’il n’existe pas une liste prédéfinie à cocher de ce qui correspond à un achat eco-responsable.

Un achat eco-responsable ne relève pas de la surconsommation

Dans l’épisode 1 du podcast, je t’ai expliqué que je ne comptais pas boycotter les soldes. Tout simplement car les soldes ne sont pas en soit le problème. Selon moi le souci vient de la surconsommation.

C’est quoi la surconsommation ?

En soit se procurer un objet si cela relève d’un besoin, il n’y a aucun problème. Malheureusement ces derniers temps, on s’est un peu laissé emporté. Et on a tous eu un peu tendance à vouloir accumuler beaucoup de choses.

C’est dans cette consommation à outrance que réside le noeud du problème. Parce que chaque création d’objet, consomme des ressources. Et chaque fois qu’il n’est pas utilisé, cela génère un gaspillage.

J’aimerai pouvoir te dire que la Terre produit des ressources à l’infinie, mais on sait tous que c’est faux. D’ailleurs pour bien matérialiser cela, WWF a une page sur le jour du dépassement. Comme tu as pu le voir, on n’est pas les pire du classement, enfin on n’est pas non plus les meilleurs…

Un achat doit donc relever d’un besoin conscient

Le premier critère à prendre en compte avant de faire entrer un nouvel objet dans sa vie est donc de savoir s’il correspond à un besoin.

On dit qu’il existe 5 besoins fondamentaux. Les besoins vitaux ou physiologiques, le besoin de sécurité et de protection, le besoin d’amour et d’appartenance, le besoin d’estime de soi et le besoin de se réaliser.

Si ton achat répond au 2 premiers besoins de la liste, alors tu n’as pas vraiment trop de questions à te poser. En revanche en attaquant les 3 dernières catégories, tout devient beaucoup plus subtil.

Arrivé à ce point là, je me pose souvent cette question, est ce que cet achat est ma seule façon de combler ce besoin d’amour ou d’appartenance, ce besoin d’estime de moi ou se besoin de me réaliser ?

Si tu peux répondre avec le plus d’honnêteté possible envers toi même « oui ». Alors tu n’es probablement pas dans la surconsommation. Bravo à toi.

Est ce qu’on s’arrête ici ? Oui on peut bien sûr. Mais si tu veux aller plus loin, c’est possible aussi.

Quelques critères pour un achat eco-responsable

Tu as donc décidé d’aller un peu plus loin et je t’en félicite. La mauvaise nouvelle c’est qu’il n’y a pas de liste exhaustive de ce qu’est un achat éco responsable. La bonne nouvelle c’est que plus ton objet coche de critères de cette liste, mieux c’est.

A titre personnel, j’estime que si mon achat ne répond pas à un besoin de surconsommation, et s’il possède 3 de ces critères alors il est éco responsable. Et si ce n’est pas le cas ? S’il en respecte 1 on est plutôt pas mal quand même. Sinon, et bien je ne suis pas parfaite que veux-tu. Tant que ce n’est pas une habitude ni le cas de tous les objets qui entrent dans ma vie, je devrais survivre (et toi aussi).

Voici donc une liste de critères (non répartis par importance). Cette liste est non exhaustive et pourra être mise à jour avec tes suggestions :

  • c’est un objet d’occasion. Il a déjà eu une première vie et donc il n’ a pas consommé de nouvelles ressources rien que pour toi.
  • c’est un objet local. Il n’a pas fait le tour du monde pour finir chez toi.
  • c’est un objet artisanal. Le savoir-faire d’un être humain a été mis en valeur.
  • il est « commerce équitable« . Aucun être humain n’a été exploité ou opprimé pour que tu puisses l’avoir.
  • il est vegan. Aucun animal n’a été exploité (ou tué) pour le réaliser.
  • il n’est pas (trop) énergivore (classe A). Son utilisation utilise obligatoirement de l’énergie et donc de consommer des ressources. Mais c’est le moins possible.
  • il est durable. Ce n’est pas un objet à usage unique.
  • il n’a pas d’emballage. Bravo pour le côté zéro déchet.
  • il ne dépend pas de l’obsolescence programmée. chouette, il va donc vivre sa vie pleinement sans s’user trop vite pour que tu sois obligé d’aller en racheter un rapidement.
  • il est éco-conçu. Je t’en parle juste en-dessous.

Et l’éco-conception dans tout ça ?

Acheter éco-responsable c’est bien. Et c’est de la responsabilité du consommateur. Mais un acte d’achat est une étape dans tout un éco système. Alors on peut aller encore plus loin.

L’éco-conception est une notion qui va avec l’économie circulaire. La responsabilité du côté « éco » de l’objet ne repose alors plus uniquement sur le choix du consommateur. Le fabricant prend part à ce mécanisme.

L’idée c’est de tenir compte dès l’imagination de la création de toutes les phases de la vie de l’objet, y compris sa « mort » et ce qu’il deviendra ensuite.

Aujourd’hui ce n’est malheureusement pas encore assez courant. Mais cette philosophie commence à faire son chemin au niveau des écoles de design et même des grandes entreprises. Bref tu l’as compris, c’est un peu l’enjeu de demain et l’étape ultime.

J’espère que tu peux y voir un peu plus clair et que ce mini guide pourra t’aider à faire de ton mieux dans tes choix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *