10 gestes ecolos a adopter

10 gestes écolos adoptés et à adopter pour 2020

J’espère que tu vas bien depuis le podcast de la semaine dernière. Comme je te l’avais indiqué voici l’article qui fait son pendant. Parce que oui, j’en fais certains de ces fameux gestes écolos au quotidien. Voici donc les10 gestes écolos adoptés à adopter pour 2020.

Certains de ces 10 gestes écolos à adopter sont devenus avec le temps des automatismes bien rodés. D’autres des routines que je vais continuer à mettre en place et développer au fil de cette année.

Si tu ne vois pas de quoi je te parle, je te laisse écouter le premier épisode du podcast ici, où je t’explique les 10 gestes écolos que je vais continuer à ne pas faire en 2020.

Comme pour l’épisode du podcast je vais répartir ces gestes en différentes catégories pour que tu puisses mieux te retrouver.

Petit aparté : Cet article n’est pas là pour te juger. Ce qui marche pour moi, ne fonctionne peut être pas pour toi. Cet article n’est pas non plus là pour dire « je suis trop une bonne personne, regarde comment moi je sauve la planète ». Je te partage juste mon expérience en espérant que peut être cela résoudra une de tes problématiques, ou peut être que cela te donnera matière à réfléchir.

Il n’y a aucune volonté de culpabilisation (la preuve, j’ai commencé par te dire ce que je n’allais pas faire, justement pour ne pas te mettre la pression).

2 gestes écolos à adopter pour une hygiène de vie green

Geste 1 : Utiliser du savon solide

Prendre ma douche le matin, c’est comme mon café. IN DIS PEN SABLE. Je ne vais pas réinventer la roue, l’utilisation de gel douche pose différentes problématiques en terme de protection de l’environnement. Un geste écolo à adopter assez simple pour contrer ce phénomène est l’utilisation d’un solide.

En premier lieu, il y a la question de la bouteille en plastique, qui est recyclable, mais bon… c’est pas vraiment une solution sur le long terme. Parce que Recycler c’est bien, mais le meilleur déchet reste encore celui que l’on ne produit pas. Et ce n’est pas le scandale sur la filière recyclage de l’année dernière qui va faire mentir cette adage.

Ensuite il y a la composition des gels douche. Heureusement les microbilles en plastique ont été interdites, et normalement ton gel douche n’est plus sensé en contenir. (c’est déjà ça de gagner pour les océans).

Depuis quelques années, le savon solide est devenu la norme à la maison. Et ça se passe plutôt bien. On a choisi une marque qui vient d’Alsace (pas trop loin de chez nous), qui est certifiée Nature et Progrès, avec un prix raisonnable et qui a une politique de réinsertion par l’emploi. Donc autant te dire qu’il sera difficile de faire mieux. Pour info c’est la savonnerie du Val d’Argent.

Pour moi un savon doit être sobre et efficace (mais c’est mon avis personnel). Il n’a ni besoin de sentir le « clafoutis » ni besoin d’être couleur arc en ciel. Par contre il ne doit pas utiliser d’huile de palme et il doit bien nettoyer. Simplicité, efficacité.

Le seul point négatif : en Moselle l’eau est dite « dure » et ça a des conséquences sur l’utilisation du savon. Le savon solide au contact de cette eau dure, précipite, et encrasse régulièrement la baignoire. Ce qui nécessite de la laver plus souvent ET aussi d’effectuer des actions plus régulières pour être sure que le tuyau d’évacuation ne se bouche pas.

Mais autant te dire que je ne trouve pas ça cher payé par rapport au confort, aux économies et aux avantages que le savon solide m’apporte.

Geste 2 : Des détox numériques régulières

J’ai commencé à adopter ces micros gestes écolos il y a maintenant un peu plus d’un an. En effet, je me suis rendue compte que j’avais pris la très mauvaise habitude de saisir mon téléphone à tout bout de champs. Donc je m’impose des micro détox numériques pour vivre dans le moment présent.

Même si je ne suis pas accro à mon smartphone. Dans le sens où si je n’ai pas mon téléphone à côté de moi pendant plusieurs jours, il ne me manque absolument pas. Mais s’il est à porté de main, c’est fichu. Et cette mauvaise habitude ne me plait pas du tout.

Au fil de l’année dernière j’ai réussi à m’instaurer 1 journée par semaine sans réseau sociaux mais avec écran et 1 journée par semaine sans écran. Mon objectif cette année est d’arriver à passer à 2 de chaque par semaine.

Ma stratégie c’est d’anticiper en prévoyant des occupations pour la journée sans écran. Parce qu’arriver le dimanche matin et se dire « Ok je vais faire … ah ben non je peux pas, j’ai pas d’écran d’aujourd’hui » ou «  ah ben je vais enfin pouvoir chercher… ah ben non c’est pas possible ». C’est très frustrant.

Les gestes écolos à adopter pour une alimentation durable

L’alimentation est la catégorie où l’on peut mettre en place le plus rapidement et à moindre coût des gestes qui ont un impact sur toute notre vie.

Geste 3 : Faire les menus

J’essaie de faire mes menus le plus possible. Bien sûr, je ne m’y tiens pas toutes les semaines, mais j’essaie au maximum.

Cette routine a plusieurs avantages. Tout d’abord c’est d’éviter le gaspillage alimentaire. Comme on achète uniquement ce dont on a besoin, le risque d’avoir à jeter un truc qui traine dans le frigo depuis longtemps diminue grandement.

De plus faire mes menus libère de la place dans mon esprit. Cela allège la charge mentale. Je ne me pose plus la question de savoir « on mange quoi ce soir ?  » je le sais déjà. Cela n’empêche pas la spontanéité. Des fois nous décidons de ne pas respecter le menu, c’est alors un vrai choix. Le repas prévu est juste reporté à plus tard.

Enfin ce la contribue à la diminution des produits transformés et industriels achetés. Et donc, je diminue également la quantité d’emballage qui vont avec. Chez nous ce sont les repas improvisés qui génèrent le plus de déchet en terme d’emballage.

Si tu veux savoir comment te lancer, tu peux lire cet article que j’ai écrit. Et rappelle toi, tu n’es pas obligée d’être parfaite. Tu peux déjà commencer par programmer 1 ou 2 repas dans la semaine. Voir comment ça se passe. Il n’y a pas d’obligation de faire tes menus TOUTES les semaines. Tu peux te dire « une semaine sur 2 » au début ou « une semaine par mois » !

Comme tout changement d’organisation, il peut être assez lourd au début. Et demander pas mal d’énergie. Ici on se laisse aussi parfois déborder. Dans ce cas on arrête de faire nos menus. Et puis on reprend, plus tard quand on est un peu plus disponible. Et tout va bien !

Geste 4 : Continuer à végétaliser mon alimentation

Je suis flexitarienne. C’est à dire que je fais le choix conscient de diminuer ma consommation de viande. Mais je me laisse la possibilité d’en manger quand j’en ai envie.

Même si mon alimentation est au final quasi végétarienne (2 à 3 repas avec des protéines animales par semaine). Pour 2020, l’un des gestes écolos à adopter est de continuer à végétaliser mon alimentation. Pour éliminer, petit à petit tout ce qui est superflu dans une recette et peut être remplacé par du végétal.

Si tu veux savoir pourquoi je trouve important de végétaliser son alimentation, tu peux lire cet article. Je t’ai également déjà donné quelques pistes dans le premier épisode du podcast.

Dans les test prévus pour ce début d’année, il y a :

  • tester la farine de graines de lin pour remplacer les oeufs
  • faire mon propre tofu. Le tofu est toujours vendus dans des emballages en plastique, et c’est ce qui me rendait dingue lorsque j’étais végétarienne. En le faisans moi même, j’espère diminuer ma quantité de déchet.

Je vais le préciser encore, mais il ne s’agit pas forcément de devenir végétarien ou vegan. L’idée c’est juste de permettre de diminuer la quantité de viande ou de produits animaux consommés. Si c’est déjà quelques repas par semaine, c’est déjà pas mal !

Geste 5 : Manger Local et de saison

Parmi les gestes écolos adoptés, celui-ci représente « la base ». A tel point qu’il est une valeur fondamentale de mon entreprise.

Je ne mange ni de tomate en hiver (sauf en conserve) ni de banane. Et ça ne me manque pas.

Manger local est un geste j’ai acquis lorsque j’étais dans une AMAP à Lyon. Pendant 3 ans, je n’ai pas choisi la composition de mon panier de légumes. 100% local, 100% de saison. Il a fallu prendre l’habitude, et aussi changer mon organisation. Cette expérience a été très libératrice, en terme de charge mentale de choix et aussi de découvertes culinaires.

C’est à cette époque par exemple que j’ai découvert que je n’aimais pas les carottes. Celles qui ont vraiment le goût de carottes.

Je suis convaincue que réapprendre à attendre, la saisonnalité, le temps qui passe. C’est une expérience puissante. Ca te ramène au moment présent. Ca te réapprend à ne pas tout avoir tout de suite, à n’importe quel prix.

Par exemple, les tomates n’ont plus jamais eu le même goût après 8 mois sans en avoir eu dans mon assiette. Et manger de l’eau rouge, sous forme ronde sans goût, qui n’a de tomate que le nom, je ne peux plus.

C’est pas facile tous les jours. Mais j’apprends à apprécier d’autres saveurs.

Et plus on éduque son palais, plus cela devient facile. Ce n’est pas venu en 1 jour. Mais tu n’es pas obligée non plus de tout éliminer à tout jamais d’un coup, de manière radicale…

Acheter de manière écolo

Je suis minimaliste. Comme tout le monde j’ai acheté des trucs qui ne m’ont servi à rien. Mais depuis quelques années je fais vraiment attention, voici deux gestes écolos à adopter selon moi.

Geste 6 : Réparer avant d’acheter

J’avais un grand père bricoleur, je l’ai toujours vu bidouiller des trucs. Avant que je jette un objet, il faut vraiment qu’il ne soit plus réparable. Le rafistolage est une seconde nature chez moi.

Comme la seule chose que j’attends d’un objet, c’est qu’il fasse son job, je regarde peu l’esthétisme. Ce qui m’intéresse surtout c’est sa capacité à être démontable et à pouvoir renaître de ses cendres.

Je répare, reprise, recolle, compulse des heures de vidéos sur youtube. Cela me permet de savoir comment un objet fonctionne à l’intérieur. J’aime savoir pourquoi. Pourquoi ça fonctionne ou pas. Comment on peut l’améliorer ? Comment est ce que je peux l’utiliser dans un autre contexte pour qu’il puisse être multitâche. Je trouve ça passionnant. (on a chacun nos petits délires hein).

Si tu n’es pas bricoleur, ou que tu as 2 mains gauche, ou que vraiment c’est pas ton délire. Il y a des personnes passionnées qui peuvent le faire pour toi ou t’aider à le faire. Tu as surement un repair café dans ta ville.

Bref, tu n’as pas idée du nombre d’objets que tu n’es pas obligé de jeter et qui ne demande qu’à continuer de vivre auprès de toi ! (ok ça fait un peu sentimental dis comme ça XD et oui je pense au petit grille pain – qui a la référence ? – ).

Geste 7 : Acheter s’il s’agit d’un besoin et non pas d’une envie. Un pas vers le minimalisme

Si mon objet n’est pas réparable et qu’il faut le remplacer. Ou que j’ai besoin d’un nouvel objet. J’ai une liste de questions que je me pose avant de procéder à l’acte d’achat.

La première est : Est ce que c’est une envie ou un besoin ? Généralement il me suffit d’attendre quelques semaines pour avoir ma réponse. Si au bout de ces quelques semaines l’envie est toujours aussi présentes, c’est qu’il s’agit sûrement d’un besoin.

Dans un deuxième temps je me demande si je vais l’utiliser une fois ou à plusieurs reprises. Si c’est une fois, peut être qu’il existe une alternative, comme l’emprunter, ou le louer. Si c’est pour l’utiliser plusieurs fois, alors peut être que l’achat est une bonne solution.

Enfin est ce que j’ai besoin de l’acheter neuf cet objet ? Est ce que je ne peux pas l’acheter d’occasion ?

Je me pose toutes ces questions. Et je te garantis qu’une fois arriver à cette étape, beaucoup de candidats ont échoué. Pour les rescapés c’est le début des recherches par rapport à mes critères d’achat. Ils me permettront de faire l’arbitrage:

  • Durabilité dans le temps – marque qui ne fait pas d’obsolescence programmée
  • Ethique en matière d’approvisionnement pour les matières premières
  • Engagement réel en terme de politique RSE
  • Rapport qualité/pris satisfaisant

Quand certains objets sont nécessaires et ne peuvent correspondre qu’au dernier point. Alors je fais mon choix en conscience. Il ne sera pas parfait. Mais c’est comme ça.

Ces derniers représentent une partie infime de toute ma consommation. Et le plus important pour moi il ne s’agit pas de surconsommation.

Des gestes écolos à adopter pour une maison verte

Geste 8 : Composter les déchets organiques

Peut être le geste qui a le plus changé ma vie. Aujourd’hui jeter des déchets organiques dans une poubelle me demande vraiment un effort. A tel point qu’avait même de visiter notre nouvel appartement, j’ai vérifié s’il y avait un composteur collectif pas trop loin.

Pourquoi c’est si important pour moi ? Et bien parce que ça a changé ma gestion des poubelles. Si tu ne mets plus rien de putrescible dans ta poubelle, aucune chance d’avoir du « jus de poubelle » si tu as attendu trop longtemps. Plus de mauvaises odeurs non plus. Je pense que tu vois très bien de quoi je parle.

L’autre point positif, c’est que le compost obtenu est réutilisable. J’adore le fait de d’inscrire ma consommation dans un cercle vertueux grâce à ce geste.

Sache que même si tu es citadin, tu peux faire du compost. Beaucoup de villes proposent ou ont des associations qui proposent des sites de compostage collectif. En plus tu rencontres des gens qui ont des intérêts communs avec toi. C’est plutôt pas mal pour se faire des nouveaux amis !

Et sinon tu peux aussi faire du lombricompostage (sur ton balcon, ou carrément dans ta cuisine), il n’y a pas d’odeur si c’est bien fait, c’est pas vraiment compliqué, les bestioles s’autorégulent toutes seules…

Geste 9 : Faire le ménage au vinaigre un des gestes écolos à adopter rapide et efficace

Encore un geste qui fait parti des murs. Même s’il nous reste encore quelques produits d’entretien, au quotidien j’utilise du vinaigre.

Pour atténuer l’odeur, je le fais macérer dans une grande jarre avec des épluchures d’agrumes. Ensuite je le mets en bouteilles et j’ai quasi de quoi tenir toute l’année.

Je me sers du vinaigre pour nettoyer mes sols, mes robinetteries, les miroirs et aussi pour nettoyer les lavabos, la baignoire. Je l’utilise enfin pour nettoyer et désinfecter mes plans de travail.

Et tout est propre. Oui, il faut un petit moment pour s’habituer à ne plus avoir des odeurs de « paradis des îles » ou de « vent de fraîcheur ». Mais on s’y fait très vite. Je dirai même que j’ai de plus en plus de mal avec toutes les odeurs de synthèse.

Un des gestes écolos à adopter pour une vie numérique moins polluante

Comme pour le 1er épisode du podcast, je vais terminer par le côté numérique. Comment ne pas passer par là dans nos vies ultra connectées.

Geste 10 : Faire le ménage dans sa boîte mail

Il paraît que supprimer 5 mails dans une boîte revient à sauver un arbre. D’une manière générale, j’ai tendance comme tout le monde à accumuler les mails. C’est vrai après tout, ils ne prennent pas de place. Enfin… on pense que c’est le cas. ET puis on pense que ce n’est pas SI grave.

Régulièrement je me désabonne des newsletter qui ne m’intéressent plus. Mais il y a toujours des spams, ou des emails de pub… Cette année j’ai vraiment décidé de faire le vide. Je pensais que la dernière datait d’il y a 1 an… et il y a quelques jours j’ai procédé à une première purge.

Résultat : 3967 mails supprimés (et ce n’est que pour la partie « Notification » « Promotions » et « Réseaux sociaux« ). Les plus anciens dataient d’il y a 4 ans… Je me suis dit « non mais c’est pas possible ? Pourquoi j’avais encore un bon de réduction valable jusqu’en 2016 ?  » « Pourquoi j’ai gardé tout ce contenu qui occupe des serveurs ? »

La vérité c’est que je pense que les mails on les ouvre, et on les oublie. S’ils avaient été en papier, j’aurai supprimé une étagère complète. Et je n’aurai pas pu faire comme si elle n’existait pas. Au fil du temps je l’aurai vu grossir et devenir indécente. Alors au lieu de me flageller parce que j’ai gardé tout ça tout ce temps, je vais écouter les conseils d’une bonne amie à moi et me dire « ok. Ben au moins maintenant t’as fais le vide, et ils ne sont plus là. Donc félicite toi ».

Je pourrai faire le bilan à la fin de l’année, en espérant que je ne me sois pas fait déborder à nouveau. Mon objectifs les mails perso mais aussi vider les mails pro.

Voilà donc les 10 gestes que je vais commencer à mettre en place ou continuer tout au long de cette année. Bien sûr, il en existe des dizaines d’autres, mais je pense que cet article est déjà bien assez long.


Et toi, t’as décidé de mettre ta priorité sur quels gestes cette année ?

10 gestes écolos à adopter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *